L'Association Québec-France - Montérégie
1977-2017 : 40 ans
membre du Réseau Québec-France
Page d'accueilPlan du siteContactsAjouter aux FavorisEnvoyer à un ami
search_left
 
Vign_Adherents
 
Vign_35329408_1312329018902528_5957154256988405760_n

Le livre Les officiers des troupes de la Marine au Canada 1683-1760 publié aux Éditions du Septentrion au Québec et aux Éditions Archives et Culture en France a remporté le prix Percy W. Foy de la Société généalogique canadienne-française. Le prix a été remis au directeur de la publication Marcel Fournier lors de l'assemblée générale de la SGCF qui a eu lieu le 13 juin dernier à Montréal. Merci à tous les auteurs de cette publication.


Marcel Fournier est un ex-président de l'Association Québec-France Montérégie, et également « membre à vie » du même organisme.

 

Félicitations à tous!

Idées de cadeaux de Noël
Vign_unnamed
À vous TOUTES et à vos TOUS, je vous souhaite un très Joyeux Noël.
 
Ah oui, si vous souhaitez vous offrir ou offrir un cadeau Original et Génial,
je me permets de vous suggérer mon roman : www.JLCourchesneAuteur.com.
Si vous l’avez déjà, ce serait un très beau et bon cadeau à offrir...
ou une de mes œuvres : www.JeanLouisCourchesne.com (prix spéciaux!!!)
 
Bonne année 2018!!!
 
Jean-Louis Courchesne
- Artiste peintre
www.JeanLouisCourchesne.com 
jlcpeintre@videotron.ca 
- Auteur
www.JLCourchesneAuteur.com 
jlcauteur@gmail.com 
T : 514 998-8971
 
Yolande Pepin-Lemoyne honorée
Vign_Y_Pepin
 
UNE VISITE HORS DE L’ORDINAIRE

Rose Lévesque, artiste peintre depuis 30 ans et auteure, vous invite à la Maison de l’Artiste, dans laquelle vous verrez 35 fresques peintes sur les murs et les portes, qui vous feront voyager dans le temps et le Québec, de la Gaspésie en passant par la Manicouagan 5. Elle ouvre les portes depuis 21 ans, venez faire un voyage dans le temps, débutant dans les années 1930. Une visite commentée de 1h30 réveillera vos souvenirs, la seule maison à être comparée à la maison Villeneuve. Vous repartirez en vous promettant de revenir, vous ne pouvez tout voir en une seule visite à la Maison de l’Artiste, 1432, De Gaulle, Saint-Hubert.

Réservation, pour petit groupe et quelques personnes. 450-656-3399,

www.rose-levesque.com. roselevesque@videotron.ca


Rose G. Lévesque

1432, De Gaulle

Saint-Hubert

J4T 1M4

450-656-3399

Jean-Louis Courchesne - Un premier roman
Vign_tout-nest-pas_couvert_Web700

Vous aimerez, assurément mon roman :

Tout n'est pas toujours blanc 

Un thriller où meurtre, enquête, vengeance, cupidité, guerre fratricide et amour s'entrecroisent.

Achetez votre exemplaire aujourd’hui même en suivant ce lien

http://www.jeanlouiscourchesne.com/Auteur.

Toutes les informations s’y trouvent, dont le résumé du roman.

Il est également en vente dans certaines librairies.

Bonne lecture !

Jean-Louis Courchesne

Auteur

 
Rose G. Lévesque se mérite 2 Premiers Prix en France

vign_237 1er prix pour une de mes oeuvres qui a pour titre, Petit village à la brunante

vign_donlong_oct_2007_010 1er prix pour une de mes photos, qui a pour titre, L’automne au Québec, photo prise sur la Côte-Nord au chalet de mon beau frère, un beau matin d’automne
 
PORTE OUVERTE POUR LA JOURNÉE DES MUSÉES
Vign_241829_3624006751756_1751939969_o

Rose G. Lévesque artiste peintre professionnelle et auteure, participe au Printemps culturel de la ville de Longueuil en vous invitant dimanche 29 mai, de 13h à 17h pour  la 14e année de participation  de la Journée des Musées. Voyager dans le Québec et le temps en découvrant les 35 murales peintes sur les murs et les portes dans la Maison de l’Artiste par une visite commentée,  découvrez sa galerie d’art avec une cinquantaine de ses œuvres et dans le coin boutique de nombreux souvenirs faits par l’artiste. Vous partirez le cœur rempli de souvenirs avec l’intention de revenir au 1432, De Gaulle Saint-Hubert.

Gratuit.

Artistiquement et poétiquement

Rose G. Lévesque,

450-656-3399

www.rose-levesque.com

PORTE OUVERTE JOURNÉE DE LA CULTURE 2015

Venez vivre une expérience culturelle unique à la maison Rose-Lévesque artiste peintre professionnelle et auteure, elle vous présente 3 activités  dans le cadre de la 19e éditions des journées de la culture , les 26 et 27 septembre de 13h à 17h.

1er activité: Réveillez vos souvenirs par une visite commentée des 35 murales peintes sur les murs et les portes dans la maison de l'artiste, de nombreux souvenir reviendront dans votre mémoire.

2e activité: Le volet enfants, seront exposés les dessins des enfants d'écoles du quartier.

3e activité; Le Dimanche 27 septembre si beau temps, activités extérieure, les Amis de la poésie vous attendront avec la foire du livre à $1 et 2 $, un poème vous sera remis.

Les 3 activités à la même adresse, au 1432, De Gaulle, St-Hubert, entrée libre et prix de présence. 

Info: 450 656-3399, roselevesque@videotron.ca www.rose-levesque.com

 
Rose Lévesque honorée en France !
Vign_1-Certificat_reconnaissance

Rose Lévesque, une artiste-peintre bien connue de Longueuil, n’a pas que le pinceau de l’artiste qui lui porte bonheur, il y a aussi la plume poétique.

En effet, en février dernier, Madame Lévesque s’est vu mériter le premier prix comme participante étrangère à un concours de poésie à Jurançon, en France.

Elle nous fait l’honneur de partager avec nous le texte de son poème intitulé L’histoire de Denis qui lui a valu cette reconnaissance.

Bravo et félicitations, Rose !

Louise Prévost

 
L’HISTOIRE DE DENIS

Lorsque je suis né

Tout le monde était charmé

J’étais potelé enjoué

Mais après quelque temps

On a constaté mon retardement

Épreuve pour moi et mes parents

Visible par mon comportement

Je n’étais comme les autres enfants


Lorsque les visiteurs arrivaient

Mes parents me cachaient

Disaient que je dormais

J’étais prisonnier dans mon lit

Qui était devenu trop petit

J’avais tout de mes parents

Qui était toujours très présent

Près de moi en tout temps


Je suis devenu le mouton noir

Mes parents me sortaient le soir

Je n’avais pas d’avenir ni d’espoir

De pouvoir sortir de la maison

Je ne voyais pas de solution

Mes copains étaient la famille

J’arrivais déjà à l’âge scolaire

Handicapé je ne savais rien faire


Arrivez à l’âge des amis et des jeux

J’étais toujours avec des plus vieux

Moi l’enfant solitaire des environs

Un jour ma mère me dit mon garçon

J’ai entendu parler d’un homme

Qui pourrait me conseiller et te suivre

J’étais seul dans ma souffrance

Que je subissais en permanence


Elle prit rendez-vous avec le spécialiste

Je suis allé le voir à plusieurs reprises

Jusqu’au jour où il dit à ma mère

Je vais le faire voir par un confrère

Mes amis ce fut le miracle pour moi

Il dit à ma mère madame écoutez moi

Votre enfant a besoin d’une vie ordinaire

Avec des amis écoutez le sortez-le


Vous voyez il sourit il a tout compris

Votre enfant est plein d’en train de vie

Laissez-le libre de jouer chanter grimper

De s’exprimer comme il veut dans la journée

Il va développer sa coordination son langage

Il apprendra à son rythme même très vite

Tout ce que la vie placera sur son chemin

Denis observera tout sera pour son bien.


Laisser le jouer avec des amis

Sera une thérapie pour lui

Les gens qui seront autour

Lui apprendront tout jour après jour

Il deviendra un citoyen autonome

Grâce aux bons conseils d’un homme

Qui a su évaluer son intelligence

Il suivra sa santé en permanence.


Rose Gendron Lévesque, auteure, artiste peintre professionnelle et conférencière.

Toutes copies interdites sans l’autorisation de l’auteure.

 

 

 

 
 
Honneur à notre Bénévole des programmes Jeunesses !
Vign_H_Bastien-Diane_Lamarre

Le 3 mars dernier, Madame Diane Lamarre, députée de Taillon, rendait un hommage bien chaleureux à plus d’une trentaine d’organismes bénévoles de Longueuil et, pour chacun, à l’un de ses représentants.

C’était une magnifique occasion pour les participants de connaître l’engagement et la générosité de personnes dévouées à l’enfance, à la culture, à l’intégration sociale, aux aînés, aux handicapés et j’en passe.

Pour son implication à promouvoir la culture et la langue de chez-nous, à mieux faire connaître l’histoire et les talents du Québec en France et ceux de la France au Québec, l’Association Québec-France Montérégie a été mentionnée comme organisme méritant au programme Soutien de l’Action bénévole.

Et plus encore, Hélène Bastien, membre de notre Bureau régional, s’est vu remettre une mention spéciale pour son dévouement à promouvoir la participation des municipalités de notre territoire et des jeunes au programme de l’Intermunicipalités.

Bravo Hélène et merci à Madame Lamarre !

Louise Prévost, présidente

SHOW D'UN ADO
Vign_Spec160115

Maurice Nadeau, l’un de nos membres depuis de nombreuses années, a décidé de réaliser un vieux rêve avant d’atteindre ses 80 ans !

Il se produira dans un spectacle solo, humoristique, intitulé le SHOW D’UN ADO.  Cela aura lieu le vendredi 16 janvier à 20 h. à la Maison des jeunes Kekpart, 1000 boul. Roland-Therrien, Longueuil. 

On peut réserver ou se procurer des billets au 514-519-0199  

Coût: 8 $ par billet et 15 $ pour  deux billets. 

Plaisir garanti !

 
Lina Savignac nous invite
Vign_Lina_Savignac
 
Rose G. Lévesque

Vous voulez mon autobiographie, écrivez-moi.

 

VISITE DE LA MAISON DE L’ARTISTE

Une visite de la maison de l’artiste vous fera voyager dans le Québec, réservez.

www.rose-levesque.com

450-656-3399

Artistiquement et poétiquement

Rose G. Lévesque

 

Vign_image001
Le français: deux anniversaires en août
Vign_1310941348978_ORIGINAL

Il y a 40 ans, le français devenait la seule langue officielle du Québec. 435 ans plus tôt, il devenait la langue officielle de France.

En août 1539, le Roi François 1er faisait du français la langue officielle de France, remplaçant ainsi le latin. Par l’Ordonnance de Villers-Cotterêts, il marquait ses ambitions. Il centralisait les pouvoirs en réduisant celui des villes et de l’Église; il faisait du français la langue de l’administration et la justice; il rendait obligatoire la tenue des registres de baptême; etc. Cette ordonnance a marqué les débuts de l’état civil.

Au même moment, il traçait les fondations d’une Nouvelle-France en Amérique (voyages-découverte de Cartier et colonie), jetant les bases de notre rameau de descendance francophone en terre d’Amérique.

 

De 1760 à 1960: langue dominante, langue dominée

 

Après la Conquête anglaise, l’anglais est devenu ici, pendant deux siècles, la langue dominante, celle des institutions colonisatrices: gouvernement, justice, commerce, industrie et affichage étaient en anglais. Le français est devenu la langue dominée, parlée par le peuple.

Malgré une résistance tantôt active (luttes, rébellion), tantôt passive, il va sans dire qu’au fil des générations, cette domination a été intériorisée. Les francophones ont subi une discrimination sociale, économique, linguistique et ont été sous-scolarisés.

En 1961, l’Office de la langue française est créé, puis trois commissions d’enquête sont lancées: Commission Parent (éducation), en 1961; Commission sur le bilinguisme et biculturalisme, en 1963; Commission Gendron (droits linguistiques), en 1968.

Électro-chocs, Maîtres chez nous, révolution tranquille; les francophones ont entrepris de se reprendre en main (éducation, industrie, commerce).

Puis, en août 1974, il y a 40 ans, le gouvernement libéral de Robert Bourassa fit du français la langue officielle du Québec (loi 22). Notre rameau humain francophone a été rudement secoué, mais a fait preuve jusqu’ici d’une résilience écologique admirable.

 

2014: le français, en vert et avec tous

 

Depuis 50 ans, le Québec a contribué au déploiement de la nouvelle francophonie mondiale qui relie 5 continents et plus de 200 millions de personnes. Une dérive vers un dialecte franglais incompréhensible équivaudrait à aller à l’encontre du combat écologique que le Québec a mené pour la promotion de la diversité culturelle, contre l’anglo-uniformisation néo-libérale planétaire (UNESCO, 2007).

Convier tous les Québécois, francos, anglos et allophones, à échanger, à créer en français, c’est contribuer à préserver la diversité écologique des manières de concevoir, et de penser. C’est enrichir ce patrimoine vivant qu’est notre nation francophone d’Amérique.

P.S.: Je vous invite à lire mon texte Les langues ne sont pas interchangeables, au 

www.lecourrierdusud.ca/2013/10/02/les-langues-ne-sont-pas-interchangeables

 

 
«Il ne faut jamais oublier le 5 mai 1945» - Armand Berthiaume
Vign_1310906096404_ORIGINAL

Par Marie-Philippe Gagnon-Hamelin    

Le Courrier du Sud, Lundi 5 mai 2014


À la fin avril 1945, les Alliés entrent à Berlin, où Hitler se donne la mort. Le 5 mai, les Allemands signent la reddition des forces allemandes aux Pays-Bas, au Danemark et dans le nord de l’Allemagne. Le jeune soldat canadien Armand Berthiaume, 19 ans, se trouve alors en Allemagne, tout près de la frontière hollandaise.Pour le vétéran longueuillois Armand Berthiaume, 88 ans, le 5 mai 1945 reste une des plus belles journées de sa vie, qui se doit d’être soulignée au même titre de l’armistice du 11 novembre 1918, fin de la Première Guerre mondiale.

«J’ai entendu des gens crier et tirer en l’air dans la rue, raconte-t-il avec émotions. Je suis sorti pour voir ce qui se passait et on m’a dit que la guerre était finie. Je me suis dit "Oh my god! Je m’en vais chez moi, voir ma mère, mon père, mes frères, mes sœurs, avec mes deux bras et mes deux jambes!"»

Apprendre à vivre

Armand Berthiaume s’est engagé dans l’armée comme volontaire actif en 1944. Jusqu’à son retour à Montréal en 1946, il sera tout à tour soldat, brancardier, photographe, cuisinier.

«Dans l’armée, j’ai appris à vivre comme un animal, avec rien. De l’eau sale, j’en ai bu et je suis toujours là. Mais ce que j’ai appris de plus précieux c’est de ne jamais haïr qui que soit.»

C’est d’ailleurs ce qu’il retient de sa rencontre avec la reine Beatrix des Pays-Bas, reine du «plus beau peuple du monde», qui a elle-même épousé un Allemand. «Il faut vivre dans l’amour, l’harmonie et la paix. Un jour à la fois. Demain n’appartient à personne.»

Une rencontre incroyable

Lors d’un voyage au canal de Panama, il y a quelques années, M. Berthiaume demande à un homme s’il peut s’asseoir à sa table. «Ja!», répond-il. Ils se mettent alors à discuter en allemand et l’homme lui apprend qu’il adore les Canadiens, qui l’ont bien traité lorsqu’il a été fait prisonnier à Groningen, aux Pays-Bas, en avril 1945.

«Quand je suis sorti les mains en l’air, il y avait un homme avec une mitraillette et j’avais très peur qu’il me tire dessus. Il n’a pas tiré.» Ce soldat, c’était Armand Berthiaume.

Après la guerre, M. Berthiaume a rencontré Monique, la seule et unique femme de sa vie, avec laquelle il a été marié 57 ans, jusqu’à son décès en 2006. Ils ont eu 4 enfants.

Le vétéran a été camionneur durant de nombreuses années et a aussi été très actif dans l’immobilier, particulièrement dans le quartier Notre-Dame-de-Fatima, à Longueuil, où il réside depuis 1963. Il a effectué de nombreux voyages en Europe, notamment pour le 65e anniversaire de la fin de la guerre, en 2010.

De Longueuil à La Havane
Le touriste québécois qui visite La Havane trouvera un monument de Pierre Le Moyne à l’entrée de la baie de La Havane. Il y est inscrit Pierre Le Moyne d’Iberville, célèbre héros militaire de La Nouvelle-France, amiral de la flotte de Louis XIV, meurt le 9 juillet 1706 à La Havane.
 
Un texte dans "Le Courrier du Sud" d'Alain Lavallée, adhérent de l'Association Québec-France, régionale Montérégie.

Alain Lavallée est détenteur d'une Maîtrise en Administration et d'un Doctorat en Prospective. Il a été analyste, puis conseiller économique au sein d'entreprises. Il a mené des recherches en sciences de l'environnement. Il a été de nombreuses années professeur au Cégep Édouard-Montpetit de Longueuil (département d'administration et techniques administratives, programme de sciences humaines). Il a publié des articles et fait des communications sur la problématique du développement dans un contexte de mondialisation ainsi qu'en gestion. 

Cliquez  ici  pour accéder au texte.

Photo:  A. Lavallée

Vign_1387434811679_ORIGINAL
 
Bilinguisme, multilinguisme: un regard prospectif sur le cas du Québec
Vign_9e1cdf3e9a

Un texte dans "Le Monde" d'Alain Lavallée, adhérent de l'Association Québec-France, régionale Montérégie.

Alain est également chroniqueur au "Courrier du Sud" et membre de l'ACFOI.

Cliquez  ici  pour ouvrir le texte.

 

 
Invitation de Rose G. Lévesque, peintre.

UNE SORTIE HORS DE L’ORDINAIRE

Un voyage dans le temps chez Rose Lévesque, artiste peintre et auteure.

Elle invite les petits groupes à visiter la Maison de l’Artiste dans laquelle vous verrez 35 fresques peintes sur les murs et les portes. On vous fera voyager dans le temps et le Québec, de la Gaspésie en passant par la Manicouagan 5. L’histoire débute vers 1930.

Une visite commentée de 2 heures réveillera vos souvenirs.

La Maison de l’Artiste est la seule maison à être comparée à celle d’Arthur Villeneuve à Chicoutimi. Vous repartirez en vous promettant d’y revenir.

La Maison de l’Artiste est située au 1432, rue De Gaulle à Saint-Hubert J4T 1M4, Réservation, 450-656-3399, www.rose-levesque.com.

Vign_1_GRANDE_MURALE
Jean-Louis Courchesne - Artiste peintre professionnel
Vign_JLCourchesne

INVITATION ARTISTIQUE

Bonjour,

Étant artiste peintre professionnel et membre de l’Association Québec-France Montérégie, seriez-vous d’accord à ce que je vous envoie un courriel, une seule fois par mois, en début du mois (sauf juillet – aout) pour vous présenter une photo parmi mes œuvres disponibles qui pourrait vous intéresser?

Si vous acceptez, ce courriel contiendrait :

- Courte présentation

- Une photo d’une de mes œuvres

- Spécifications : titre de l’œuvre, format, médium, prix, disponibilité

- Selon le cas, brèves informations relatives à mes activités artistiques (exposition, symposium, etc.)

 ... Et ce, sans aucune obligation d’achat de votre part.

 Mon objectif : faire connaitre davantage mes œuvres autour de moi ainsi que dans le monde des associations, des affaires, des designers et des institutions.

 INSCRIPTION GRATUITE POUR TOUS

Rendez-vous sur www.jeanlouiscourchesne.com, cliquez sur le lien SUIVEZ-MOI et remplir le formulaire d’inscription.

 N. B. Vous pourrez, en tout temps, m’indiquer de retirer votre nom de ma liste d’envoi.

 Merci à l’avance de répondre à ma demande.

 Je vous souhaite une agréable journée!

 

Jean-Louis Courchesne

Artiste peintre professionnel

www.JeanLouisCourchesne.com

jlcpeintre@igroupart.com

Saint-Hubert (Longueuil) (Québec) J3Y 7V4

T : 450 656-1165

 
"Filles du Roy et mères de tout un peuple" par Agathe Boyer, membre AQF
Marcel Fournier, sur la tragédie de Lac-Mégantic
Vign_714322-deraillement-explosion-train-rase-quasi
PHOTO: ROBERT SKINNER, LA PRESSE
Le 8 juillet 2013
CAROLINE D'ASTOUS
La Presse

Une page d'histoire vient de s'envoler en fumée à Lac-Mégantic avec la tragédie ferroviaire. Un désastre pour le patrimoine historique de la région, qui faisait la joie des touristes, raconte un historien.«Je n'ai aucune idée comment une ville peut se relever après un désastre aussi important. À Lac-Mégantic, il y avait plusieurs anciennes maisons en bois dans le centre-ville, comme on les construisait à l'époque. On ne peut pas reconstituer ni reconstruire de tels bâtiments fidèles à l'esprit de l'époque», explique Marcel Fournier, historien et écrivain.Les archives et la documentation de la ville se sont également envolées en fumée avec l'incendie de la bibliothèque municipale. Une tragédie pour la mémoire historique de Lac-Mégantic, souligne l'historien.«Le patrimoine familial des familles s'est également envolé en fumée avec l'incendie des maisons dans le centre-ville», précise-t-il.Le brasier du centre-ville a également détruit les bureaux de la municipalité régionale de comté, de même que ceux du journal local L'Écho de Frontenac, implanté dans la région depuis 1929.«Les touristes venaient à Mégantic entre autres parce que le paysage était agréable et que la région offre plusieurs circuits touristiques», conclut l'historien. Marcel Fournier a écrit un livre intitulé La colonie nantaise de Lac-Mégantic.
 
Prix du ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Technologie
Vign_2623_m
Bravo à Carole Lavallée, adhérente à l'Association Québec-France, régionale Montérégie, qui avec une collègue, Denise Lanthier, a obtenu le Prix du ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Technologie, pour leur ouvrage Fondement de la comptabilité financière, publié par la maison Chenelière Éducation.
Le comité de sélection a souligné l’ampleur et la justesse des apports originaux que les deux auteures ont intégrés à l’édition américaine de l’ouvrage.

 
Un adhérent publie un ouvrage sur les premiers Montréalistes
Vign_photo_2342403_resize
L'historien et généalogiste longueuillois, membre de l'Association Québec-France, régionale Montérégie, s'est intéressé aux premiers arrivants à Montréal. Marcel Fournier a lancé Les premiers Montréalistes 1642-1643.
Le lancement de l'ouvrage a eu lieu le 15 mai dernier par la Commission franco-québécoise sur les lieux de la mémoire communs (CFQLMC) et le Musée des Hospitalières de l'Hôtel-Dieu de Montréal.
Ce livre qui est destiné à un grand public est disponible à la librairie Alire de la Place Longueuil au coût de 27$.



Photo:  Diane Lapointe
Historien et généalogiste longueuillois, Marcel Fournier, Lauréat du Prix des Dix 2012
Vign_photo_2011974_resize_article
La Société des Dix a décerné le Prix des Dix 2012 à l’historien et généalogiste longueuillois Marcel Fournier, en reconnaissant en lui un acteur incontournable du milieu généalogique au Québec. Par ses publications, son enseignement et son implication communautaire, il a contribué au repositionnement de la généalogie comme pratique scientifique aux côtés de l’histoire sociale et de la démographie historique. Ses recherches ont, de fait, ouvert de nouvelles avenues en histoire du Québec et de l’Amérique française.
Marcel Fournier est une figure bien connue dans le domaine de l’histoire et de la généalogie au Québec et en France. Auteur de 18 publications et d’une cinquantaine d’articles, il a apporté une contribution majeure à l’histoire des migrations en Nouvelle-France et au Québec, au cours des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Auteur prolifique et conférencier recherché, Marcel Fournier s’est de plus fortement impliqué dans diverses associations de généalogie tant au Québec qu’en France, en plus de participer à des projets qui se consacrent aux lieux de mémoire. Il a été notamment président de la Société généalogique canadienne-française (1999-2007) et directeur du projet Montcalm sur les soldats français ayant combattu en Nouvelle-France durant la guerre de Sept Ans (2006-2009). Depuis 1998, il coordonne au Québec le projet franco-québécois de recherche sur les origines familiales des émigrants français et étrangers établis au Canada des origines à 1865 (Le Fichier Origine).
Marcel Fournier a mérité de nombreux prix au cours de sa carrière, dont le prix Archange-Godbout, la plus haute distinction au Québec, pour l’ensemble de son œuvre historique et généalogique (2003) et la médaille de l’Assemblée nationale du Québec, pour son engagement au sein de la Société généalogique canadienne-française (2007). En juin 2001, il était admis à l’Académie internationale de Généalogie / international Academy for Genealogy, dont le siège est à Paris. En plus de ses activités de recherche et de sa participation à la vie associative du milieu généalogique, Marcel Fournier s’est préoccupé de transmettre ses connaissances par l’enseignement puisqu’il a donné plusieurs cours en généalogie dans diverses institutions de la région de Montréal.
La Société des Dix a été fondée en 1935. Elle regroupe aujourd’hui dix praticiens de disciplines différentes, mais relevant toutes de la grande famille des sciences humaines. Ils mettent en commun leurs recherches et leurs travaux pour faire avancer les connaissances sur le Québec et plus largement sur l’Amérique française.

Sources : Société des Dix, Yvan Lamonde, Jocelyne Mathieu et Fernand Harvey
 
Le français pour agir ensemble
Vign_alain_lavallee
Voici un commentaire d'Alain Lavallée, publié dans les pages de l'hebdomadaire Le Courrier du Sud, édition du 3 mars 2011.
 
Vign_Drapeau_du_Quebec
Le Fleurdelysé
Le 21 janvier 1948 , le fleurdelisé succédait à l’Union Jack et flottait pour la première fois sur la tour du parlement à Québec.
L’adoption du drapeau du Québec fut un acte fondateur pour le peuple québécois.
Le 21 janvier est le 
jour du Drapeau.

 

© AQF Montérégie - 2015
Créer un site avec WebSelf